Quel est le meilleur statut pour devenir chauffeur VTC ?

Opter pour un statut juridique est indispensable avant de démarrer votre activité en tant que chauffeur VTC. Plusieurs personnes restent indécis entre le statut auto-entrepreneur et société. Les sociétés unipersonnelles ou SASU permettent de créer une société par une seule personne qui est le conducteur.

Les obligations du métier VTC dépendent elles du statut choisi ?

Les obligations spécifiques à l’activité VTC sont les mêmes indépendamment du statut social choisi. Devenir VTC passe par un ensemble de démarches qui commencent par une formation VTC pour se préparer à l’examen, puis l’obtention d’une carte VTC et l’inscription au registre des VTC.

Ce sont des étapes obligatoires et aucun statut social ne vous permettra de sauter ces démarches.

La SASU : une responsabilité limitée

avant de devenir chauffeur VTC, il faut bien choisir son statut social car cela impacte directement votre vie privée. Le statut de la société SASU vous permet de courir moins de risques grâce à une responsabilité limitée qu’il vous confère.

Admettons qu’un jour vous êtes incapable à payer une dette reliée à votre activité professionnelle, vos créanciers n’ont pas le droit de vous envoyer un huissier de justice pour saisir vos biens ou bloquer votre compte bancaire.

Par contre le statut auto-entrepreneur ne vous met pas à l’abri des poursuites judiciaires si vous ne remboursez pas une dette. Vous devez assumer pleinement votre responsabilité dans ce cas.

Avantage fiscal du statut SASU

En créant une SASU, vous êtes bénéficiaire sur le plan fiscal :

  • L’imposition n’est faite que sur les bénéfices réalisés après déduction de vos frais personnels
  • La TVA ne concernera pas les biens nécessaires à son activité en tant que chauffeur VTC
  • Le chiffre d’affaires n’est pas plafonné à la différence du statut auto-entrepreneur où vous ne devez pas dépasser les 70 000 €.

Simplicité du régime social

Si vous avez suivi une formation VTC en vue de devenir chauffeur VTC, il faut penser aussi à votre protection sociale. En cas d’une SASU, le dirigeant qui est souvent le chauffeur VTC bénéficiera d’une couverture sociale plus large et ne doit verser de l’argent que s’il reçoit une rétribution. Au contraire, dans le cas d’un statut auto-entrepreneur, une cotisation minimale doit être versée même en absence de rémunération.

Plus de souplesse dans l’exercice de l’activité

Bien évidement une SASU permet de lancer une activité seul sans avoir besoin de trouver au moins un autre associé comme c’est le cas de l’EURL. Ainsi vous pouvez adapter votre entreprise à vos propres besoins sans contraintes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *